L’essor de la digitalisation, la dématérialisation et la simplification des démarches dans les secteurs bancaire et assurantiel ont amplifié les risques de fraude documentaire. Un phénomène que Finovox souhaite endiguer : depuis 2022, la start-up accompagne les banques et les assurances et les aide à se prémunir contre cette fraude grâce à son logiciel de détection de falsifications documentaires.

La fraude documentaire, une menace en pleine expansion
En 2019, plus de 70% des entreprises ont été victimes d’au moins une tentative de fraude documentaire¹. Parmi les causes, l’essor de l’accès aux logiciels de retouche et aux générateurs de documents a rendu la falsification de plus en plus facile et accessible à tous. 20% des Français déclarent d’ailleurs avoir déjà fraudé leur assurance en 2022, contre 11% l’année précédente².

Dans les secteurs de la banque, de l’assurance et de l’affacturage, la fraude documentaire représente un véritable enjeu économique et sécuritaire : de l’ouverture d’un contrat au blanchiment d’argent, en passant par la gestion et l’indemnisation des sinistres ou la souscription à un crédit. Le défi est donc considérable pour les organisations, qui doivent désormais trouver des solutions pour lutter efficacement contre cette menace.

Finovox, une solution innovante qui entend diviser par 6 la fraude documentaire
Pour accompagner les banques et les assurances dans la lutte contre la fraude documentaire, Finovox met à leur disposition un outil combinant différents algorithmes à du machine learning, permettant d’analyser instantanément 100% des documents numériques (factures, pièces d’identité, justificatifs, Kbis…), quel que soit leur format ou leur langue. En cas de fraude avérée, le logiciel fournit des informations additionnelles comme l’identification de l’élément falsifié, la date de modification, la méthode utilisée ou même la reconstruction de l’information originale. Ces éléments permettent à Finovox de fournir un rapport de preuves aux organismes, et ainsi de les accompagner tout au long du processus d’identification et de justification de la fraude documentaire. Et pour garantir la sécurité des données, les documents ne sont pas sauvegardés.

C’est après trois années de recherche et développement que la start up a mis au point sa solution, proposée sous la forme d’une API et d’un logiciel SaaS. Finovox compte déjà 10 entreprises dans son portefeuille clients, dont Luko, iCover et Bouygues Telecom, et entend devenir la référence mondiale de l’anti-fraude.

²Étude YouGov pour LeLynx.fr réalisée en mai 2022
¹Baromètre Euler Hermes-DFCG 2020