La fin de l’été marque le début d’une période de l’année plus sombre, avec des journées plus courtes et un soleil qui se cache souvent derrière les nuages. Pour 1 personne sur 10 en France, cette réduction progressive du temps d’exposition à la lumière du soleil amène à ce qu’on appelle le blues hivernal, aussi appelé dépression saisonnière dans sa forme la plus sérieuse. 

La lumière joue un rôle clé sur la santé mentale, et agit directement sur le niveau d’énergie ressenti ainsi que sur les cycles du sommeil. Alors qu’une belle journée d’été permet de profiter d’une lumière allant jusqu’à 100 000 lux (unité de mesure de la luminosité), l’intensité lumineuse d’une journée nuageuse d’hiver nous permet rarement de recevoir plus de 2 ­000 lux. Cette diminution entraîne un dérèglement de l’horloge biologique et ainsi une baisse globale du moral

La luminothérapie, qui consiste à s’exposer à une lumière spécifique imitant celle du soleil, permet une meilleure régulation de l’horloge interne. Lorsque la lumière arrive dans l’œil, elle est transformée en signaux électriques qui, envoyés au cerveau, agissent sur certains neurotransmetteurs, comme la mélatonine, la sérotonine et la dopamine. La luminothérapie permet donc une meilleure régulation de ces hormones, ce qui impacte directement le niveau d’énergie, l’humeur et la qualité des rythmes veille/sommeil. 

C’est dans cette optique que Lucimed a allié science et innovation pour mettre au point la Luminette et le Drive, deux appareils de luminothérapie nomades qui permettent de profiter de séances de luminothérapie en toute liberté. La lumière (blanche pour la Luminette, bleue pour le Drive) émise par ces deux appareils est envoyée dans l’œil de haut en bas, comme le font les rayons du soleil, et active le plus efficacement possible la réponse énergisante du corps à la lumière.